18/03/2020

Bye-bye à 57 ouvriers de Larsen & Toubro

57 ouvriers de Larsen & Toubro, qui avaient participé à la manifestation de samedi, sont rentrés en Inde. Mais qu’on se rassure. Il ne s’agit pas d’une mesure de représailles, à en croire la responsable de communication de Larsen & Toubro, Nausheen Aullybux. Elle a indiqué aux médias que des démarches avaient été entreprises pour leur retour dans la Grande-Péninsule avant même le mouvement de protestation. Le contrat de plusieurs d’entre eux était arrivé à terme tandis que d’autres ont voulu rentrer plus tôt. C’est lundi soir que ces 57 ouvriers se sont retrouvés dans l’avion pour l’Inde. Malheureusement, aucun d’entre eux ne pourra confirmer la version de Nausheen Aullybux. Elle souligne que l’ouvrier interpellé samedi a déjà repris le boulot.

E E. Moris
18/03/2020

Hôpital Jeetoo: Les ambulanciers donnent de la voix et déplorent le manque d'équipements

Les ambulanciers de cet établissement de santé donnent de la voix. Ils ont organisé un sit-in ce matin pour déplorer un manque d’équipements de protection. Ces ambulanciers affirment qu’ils doivent accompagner les cas suspects de coronavirus dans les centres de quarantaine. Mais si le personnel soignant de l’ambulance dispose des équipements de protections, eux n’en ont pas. Tandis que, disent-ils, ils sont dans le véhicule et sont tout autant exposés. Ils ont repris le travail après le mouvement de protestation.

E E. Moris
14/03/2020

Riche-Lieu : Des travailleurs indiens en grève bloquent le tram du Metro Express

Plus d'une centaine de travailleurs indiens en grève, perturbe le trajet du Metro express ce samedi 14 mars. Indignés par leurs conditions de travail, des centaines de travailleurs indiens tiennent en ce moment une grève au dépôt de Riche-Lieu. L'opération du tram est perturbée, voir à l'arrêt avec des passagers bloqués.

E E. Moris
03/03/2020

Leur salaire déduit, des médecins en colère

Une vingtaine de médecins basés à l’hôpital Jeetoo sont dans une colère noire. La raison : leur salaire de janvier a été déduit. Cela, disent-ils sans qu’ils ne soient informés au préalable. Apparemment, le département des ressources humaines de l’hôpital leur reproche d’avoir pris des congés sans autorisation en 2018. Mais eux soutiennent que ces congés avaient été avalisés. Et d’ajouter qu’ils ne comprennent pas pourquoi les sanctions s’appliquent plus d’un an après. Rappelons que des sommes différentes ont été déduites des salaires de ces médecins. Alors, souci administratif ou punition ?

E E. Moris
29/02/2020

▶️ Parapli Rouz : Une marche organisée par les travailleuses du sexe

Elles ont souhaité donner de la voix ce samedi 29 février en organisant une marche dans les rues de Rose-Hill. Munies de pancartes, les travailleuses du sexe réclament leurs droits, notamment sur la discrimination dont elles sont confrontées en étant mères de famille. Selon la porte-parole, Shamima Boyroo, les bébés des travailleuses du sexe sont souvent séparés de leurs mères et pris en charge par la Child Development Unit.

E E. Moris
27/02/2020

Super Cash Back Gold : les bernés donnent de la voix

Ceux qui ont cru à la promesse du gouvernement que leurs investissements dans les plans Super Cash Back Gold et Bramer Asset Management ont manifesté devant le bâtiment abritant le Parlement ce matin. Et évidemment, ils ont évoqué la façon dont ils ont été roulés dans la farine, Salim Muthy en premier. Ils ont dénoncé le fait que le gouvernement « n’ait pas tenu parole » alors que le gouvernement est déjà à quatre mois de gestion, après sa réélection. Si certains ont clamé le fameux dicton « parole donnée, parole sacrée », le gouvernement pourrait leur rétorquer que les paroles s’envolent…

E E. Moris
22/01/2020

Les métayers réclament leurs salaires à l’usine Bois-Chéri

Le thé risque d’avoir un goût amer ! Mardi matin, une centaine de métayers ont manifesté devant l’usine de Bois-Chéri. Ils réclament le paiement de leurs salaires et boni. Ils soutiennent qu’ils n’ont pas encore reçu leur salaire de décembre. Éric Guimbeau, Chief Executive du groupe At-Aubin, propriétaire de Bois-Chéri, est venu sur les lieux pour tenter de calmer les manifestants. Il a reconnu qu’il y a eu retard au niveau des paiements. Mais il soutient que ce sont des évènements imprévus qui sont responsables de cette situation. Il a cependant indiqué tous les paiements seront effectués dans les prochains jours.

E E. Moris
11/01/2020

Clency Harmon souhaite entamer une nouvelle grève de la faim

Toujours pas de tribunal foncier pour traiter des cas de dépossession de terres, voilà Clency Harmon qui menace de nouveau de démarrer une grève de la faim. Il en a marre d’attendre. Le porte-parole de l’Association justice, réparation et restitution a déjà fait deux grèves de la faim jusqu’ici. La première, rappelle-t-il, s’étalait sur 17 jours et la seconde sur 11 jours. Donc, jamais deux sans trois, comme dit le dicton, Clency Harmon est prêt à remettre cela. D’autant, souligne-t-il, qu’une ébauche du projet de loi est prête et a déjà été envoyée au chef juge.

E E. Moris
09/01/2020

Air Mauritius : Un premier vote pour une action de grève

Les employés d’Air Mauritius pourraient faire grève. Tel est l’issue d’un premier vote effectué par les membres de l’Intersyndicale d’Air Mauritius et l'Air Mauritius Cabine Crew Association. C’est ce qu’a annoncé Jack Bizlall, le conseiller technique de l’Intersyndicale d’Air Mauritius. Il explique que les employés sont en conflit avec la direction concernant certains arriérés d’un accord conclu en avril 2015, la pension et les négociations en vue d’un accord collectif en 2019. Le litige est actuellement à l’étude à la Commission de conciliation et médiation. Ces employés avaient à choisir entre attendre que la direction prenne une action, aller en cour ou déclencher un mouvement de grève. Et une majorité s’est penchée pour la troisième option. Mais la grève n’est pas pour sitôt. Un second vote sera pris pour confirmer le mouvement de grève. Et en même temps, un délai sera accordé à la direction et la CCM.

E E. Moris
06/01/2020

Sit-in à Roche-Bois pour non-paiement du salaire de décembre

Plusieurs des employés d’une entreprise impliquée dans la confection des produits artisanaux à Roches Bois ont entamé un mouvement de grève hier, lundi. Ils ont fait un sit-in pour protester contre le non-paiement de leur salaire de décembre. C’est le cas d’une partie du personnel de cette firme. Cependant, certains employés ont, eux, perçu la moitié de leur salaire de décembre. Et cela, le 3 janvier. Pour ces employés, la période de fête a été assez morose. C’est du moins ce qu’ils ont confié aux médias. Une réunion a eu lieu au siège du ministère du Travail afin de trouver une solution.

E E. Moris
06/01/2020

La météo du mardi 7 janvier 2020

Bulletin prévision - Maurice La masse d'air demeure humide et instable sur notre région, ce qui est propice à la formation des nuages sur l'île. Nuageux sur l'ensemble de l'île tôt ce matin avec des averses localisées et orages isolés surtout sur les parties Nord et Est et sur le Plateau Central. D'autres développements nuageux sont prévus sur la partie Sud et sur le Plateau Central dans l'après-midi avec des averses localisées et risques d'orages La température maximale sera de 26 à 28 degrés Celsius sur le Plateau Central et variera entre 30 et 33 degrés Celsius sur le littoral. Des averses localisées persisteront durant la nuit. La température minimale sera d'environ 20 degrés Celsius sur les hauteurs et variera entre 23 et 25 degrés Celsius ailleurs. Le vent du secteur Nord de 15 km/h devenant léger et variable durant la nuit. Mer agitée au-delà des récifs. Marées Hautes : 10h26 et demain 00h13. Marées Basses : 17h23 et demain 05h31. …

E E. Moris
03/01/2020

Les employés de Tara Knitwear et Rossana Textiles toujours en attente de leur boni de fin d’année

550 ex-employés de Tara Knitwear et Rossana Textiles n’ont toujours pas reçu de boni de fin d’année et le remboursement de leurs congés. Ils envisagent une nouvelle fois de faire entendre leurs droits en entamant une manifestation. C'est ce que laisse entendre leur porte-parole syndicale, Faizal Ally Beegun. Une énième rencontre avec les officiels du ministère du Travail est prévue la semaine prochaine. Pour rappel, le ministère du Travail avait promis que le paiement sera fait au plus tard, début janvier 2020. Sauf que selon le conseiller au ministère du Travail, Mariaven Caremben, les employés obtiendront leur boni de fin d’année aussitôt que les administrateurs de BDO reçoivent l’argent, pas avant une réunion prévue le 16 janvier prochain. A noter que, Tara Knitwear, sise à Plaine-Lauzun, et Rossana Textiles, située à Nouvelle-France, ont été placées en liquidation vendredi 15 novembre. 550 travailleurs sont concernés, dont…

E E. Moris
28/12/2019

Air Mauritius : Cap sur la grève … du moins pour l’instant

Les employés d’Air Mauritius vont-ils faire grève ? En tout cas, pour l’instant la menace est réelle, même si lointaine. Les diverses catégories doivent voter pour une action de grève ou pas. Pour l’instant, seul les membres du personnel navigant ont voté. L’exercice s’est déroulé vendredi. Et, selon les premières indications, les membres de l’Air Mauritius Cabin Crew Association ont voté massivement en faveur d’une grève. Cependant, les membres de deux autres syndicats d’employés n’ont pas encore voté. Il s’agit de l’Air Mauritius Staff Association et de la Union of Employees of Air Mauritius Limited. Leurs membres sont, pour la plupart, le personnel au sol.

E E. Moris
27/12/2019

Dénouement positif dans les cas des ex-employés de l’Évêché

Jack Bizlall le dit… ou plutôt l’écrit sur sa page facebook ! Il y a eu dénouement positif dans l’affaire des anciens employés de l’Évêché. Des accords ont été conclus avec l’ex-employeur, c’est-à-dire le Diocèse de Port-Louis. C’est hier, jeudi, que ces rebondissements sont intervenus. Ainsi, Dolores Armoogum, qui était Messenger à l’Institut Cardinal Jean Margeot, accepte de partir contre une formule de départ qui comprend une compensation, un remboursement et une pension. Elle avait été suspendue en novembre 2018. Michel Aurokium ne sera pas réintégré par l’Évêché, mais des négociations vont démarrer pour qu’il obtienne une compensation. Dans les deux cas, l'Evêché aurait déboursé Rs 987 045 selon Jack Bizlall. Ce dernier a aussi évoqué le cas de Lynelle Saintas, licenciée par la Fabrique de la Paroisse du Sacré Cœur. L’affaire est entendue ce vendredi au ministère du Travail. Christine Meunier, de son côté, sera…

E E. Moris
10/12/2019

Imrith réclame des sanctions contre les ministres non-performants

Pour le syndicaliste de la fonction publique, un Premier ministre ne devrait pas prendre 5 ans pour prendre des sanctions contre un ministre qui ne fait pas son job correctement. Pour lui, au bout d’un an, le chef du gouvernement devrait pouvoir déterminer si un de ses ministres donne des résultats ou pas. Et de ce fait, ce délai, selon Rashid Imrith, est suffisant pour prendre une décision. C’est ce que le syndicaliste a déclaré en conférence de presse ce matin. Mais Rashid Imrith oublie que, contrairement à un fonctionnaire, un ministre peut démissionner de l’Assemblée nationale et ainsi provoquer une partielle. En fait, c’est le seul pouvoir que détient un élu.

E E. Moris
29/11/2019

Compensation salariale de Rs 300 :Le syndicaliste/politicien Reeaz Chuttoo se dit satisfait

Le Premier ministre Pravind Jugnauth a annoncé le montant alloué à la compensation salariale qui sera de Rs 300. Cette somme sera appliquée dès le mois de janvier 2020. Les syndicalistes étaient mécontents des Rs 200 proposés par le ministère des Finances, cette augmentation de Rs 100 ne devrait pas non plus leur plaire car ils réclamaient entre Rs 600 et Rs 1 250. Mais c'est sans compter la Confédération des travailleurs des secteurs privé et public (CTSP) qui affiche une certaine satisfaction après l’annonce du montant de la compensation salariale de Rs 300 hier, vendredi 29 novembre. Le porte-parole de la CTSP, Reeaz Chuttoo, devenu un des meilleurs agent du gouvernement de Pravind Jugnauth, est d’avis qu’il faut qu’il y ait une visibilité «ziska 2024, parski saler minimal pou ariv 13500 rupi». Rashid Imrith, président de la Government General Services Union (GGSU), estime, pour sa part, que le gouvernement aurait pu mieux…

E E. Moris
29/11/2019

Compensation salariale : le gouvernement propose Rs 200, les syndicalistes disent non

Le gouvernement propose aux salariés des secteurs public et privé touchant un salaire mensuel entre Rs 10 200 et Rs 50 000, une augmentation salariale de Rs 200. Ceux qui obtiennent plus de Rs 50 000 par mois n'obtiendront pas de compensation salariale. Sourire pour le patronat et grise mine pour les syndicats. Lors d’une réunion entre le ministère des Finances, Renganaden Padayachy, les syndicats et Business Mauritius ce vendredi, le montant arrêté pour la compensation salariale est de Rs 200. Mais les syndicats ont rejeté cette proposition. Réactions des syndicats Pour Haniff Peerun, président du conseil des syndicats (Mauritius Labour Congress), ce montant est loin d’être suffisant, c'est «une insulte envers la classe des travailleurs ». Quant à Atma Shanto, président de la Fédération des Travailleurs Unis, il affirme que ce montant ne pourra pas être présenté et avalisé par le conseil des ministres car il n’y a pas eu de concensus. Rashid…

E E. Moris
28/11/2019

Textile : Indemnisation des anciens employés de Tara et Rossana

Ils seront indemnisés pour le temps de service. La décision a été prise hier lors d’une réunion présidée par Mariahven Caramben, conseiller au ministère du Travail. Sauf que ce n’est que le 12 décembre que les anciens employés de Tara Knitwear et Rossana Textiles seront informés du montant que chacun recevra. Les anciens employés percevront ce qui est prévu par la loi, c’est-à-dire 15 jours par année de service. En attendant, ils obtiendront demain les salaires dus et le 16 décembre, ils obtiendront leur boni de fin d’année ainsi que le remboursement de leurs congés.

E E. Moris
25/11/2019

Reaz Chuttoo tire à boulets rouges sur Ramgoolam

La comparaison faite par le leader du PTr entre les maisons des Mauriciens vivant à Cité Longères et les dortoirs des Bangladais à côté n’a pas été digérée par Reaz Chuttoo, de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé et Public. Il parle de « déclaration incendiaire» et demande à Navin Ramgoolam de revenir sur ses propos. Navin Ramgoolam avait déclaré que des familles dorment dans les longères et que des travailleurs du Bangladesh avaient eu des maisons toutes neuves. Reaz Chuttoo soutient que les ouvriers bangladais ont aidé les victimes durant les sinistres et que ces étrangers ont aussi le droit d’avoir « un logement décent ».

E E. Moris
18/11/2019

Les 550 employés de Tara Knitwear et Rossana Textiles seront payés

Les deux usines ayant été placées en liquidation, les 550 employés obtiendront leurs dus, c’est-à-dire leurs «local leaves», «sick leaves», boni de fin d’année et salaires. Confirmation donnée par Désiré Guildhary, représentant syndical des employés, ce lundi après une réunion avec le ministre du Travail Soodesh Callichurn et le «receiver manager» Afsar Ibrahim. Cependant, selon le syndicaliste, le remboursement du temps de service des employés n’a pas encore été décidé. Ce sujet sera abordé lors d’une réunion prévue le mercredi 27 novembre. Tara Knitwear, sise à Plaine-Lauzun, et Rossana Textiles, située à Nouvelle-France, ont été placées en liquidation vendredi 15 novembre. 550 travailleurs sont concernés, dont 200 Mauriciens. Rossana Textiles était la compagnie subsidiaire de Tara Knitwear, l’un des principaux sous-traitants de Tex Services, compagnie appartenant à l’homme d’affaires Bernard Maigrot.

E E. Moris
16/11/2019

Textile : Mise en liquidation des unsines Tara Knitwear et Rossana Textiles

Tara Knitwear et Rossana Textiles après 40 ans d’existence seront mises en liquidation. Une décision prise vendredi 15 novembre, par les créanciers, Georges Chung et Afsar Ebrahim de la firme BDO, où il a été question de la situation financière de ces usines mises sous administration judiciaire depuis le 21 août. Une rencontre aura lieu entre les employés des deux usines et le ministre du travail, Soodesh Callichurn, demain lundi 18 novembre à 11h30, à Port Louis. Il sera question de leur avenir et de leur compensation. Faizal Ally Beegun, leur négociateur syndical, souhaite que les employés soient payés selon la Workers' Rights Act 2019. Il soutient que les travailleurs étrangers bénéficieront des mêmes droits salariaux que les travailleurs mauriciens. Pour rappel, les employés de cette entreprise implantée à Plaine-Lauzun et spécialisée dans la teinturerie et la fabrication de t-shirts. Si Tara Knitwear se retrouve dans une telle…

E E. Moris
17/10/2019

Les employés de l’usine Tex Knits envisagent une grève de la faim

Huit anciens employés de l’usine de textile Tex Knits ont manifesté devant les locaux du ministère du Travail ce matin à Port-Louis. Ils dénoncent le non-paiement de leur salaire pour le mois de juillet. Ils ont aussi menacé d’entamer une grève de la faim en l’absence d’une réponse. Rappelons que l’usine Tex Knits, qui appartenait à Bernard Maigrot, faisait face à des difficultés financières et a été placée sous administration judiciaire en juin 2019. 150 employés se sont retrouvés au chômage technique.

E E. Moris
04/10/2019

Boolell rencontre les grévistes de la faim

Arvin Boolell, député du PTr, a rendu visite aux grévistes de la faim ce matin. Après quoi, il a entonné le chapelet de reproches à l’encontre du gouvernement, insistant sur le non-respect de la parole donnée et le renie des engagements pris. Arvin Boolell a rappelé que l’institution d’une Land Court figurait parmi les promesses de l’Alliance Lepep dans son manifeste électoral en 2014. Il a été assez prudent, soulignant qu’il va en discuter avec le leader et au sein du parti concernant un éventuel engagement à ce sujet. Pour rappel, Clency Harmon réclame la création d’une Land Court, dédiée aux cas d'expropriation de terres et déplore ce qu'il appelle l’inaction du gouvernement durant les cinq mois écoulés où il n'y a eu aucune rencontre et négociation. Clency Harmon perd patience face à l'appel de Fazila Daureeawoo

E E. Moris
04/10/2019

Après Firemount, au tour des employés de Tara Knitwear de donner de la voix

Environ 550 travailleurs de cette entreprise n’ont pas encore été payés pour le mois de septembre. Ils envisagent de descendre dans la rue pour manifester leur colère. C’est leur négociateur syndical, Faizal Ally Beegun, qui l’a annoncé ce vendredi. Il soutient que le délai légal pour le paiement des salaires pour le mois écoulé est dépassé. En effet, selon la loi, tout employeur a jusqu’au 2 du mois suivant pour payer ses employés. Or, affirme-t-il, au 4 octobre, le salaire de septembre de ces 550 employés n’a toujours pas été versé. Une rencontre avec des officiers du ministère du Travail est aussi réclamée. Rappelons que Tara Knitwear est sous administration judiciaire. C’est la compagnie BDO Mauritius qui gère l’usine.

E E. Moris