02/04/2020

Centre de quarantaine à l'hôtel Ambre : Un homme atteint d'un cancer est décédé

Un homme atteint d'un cancer de phase 4 et placé en quarantaine dans un hôtel reconverti en centre de prévention contre la lutte du Covid-19, est décédé ce jeudi 2 avril. Selon les informations obtenues, il était suivi par le Dr Peerally de Diagnos Clinique depuis une semaine. Placé depuis le 22 mars, la victime souffrant d'un cancer gastrique était dans l'impossibilité de s'alimenter correctement dans le centre. Il avait des besoins spécifiques liés à sa maladie. Les dernières 24 heures, la victime était à une phase critique de sa maladie. C'est grâce à l'intervention de bonnes âmes que le patient a été finalement transféré aux soins intensifs à l'hôpital, il y a quelques heures, avec l'aide du SAMU, ceci après de nombreuses sollicitations auprès des autorités concernées. Malheureusement il n'a pas survécu. Soulignons que la victime avait subi un test de Covid-19, qui s'était révélé négatif.

E E. Moris
01/04/2020

Camp-Levieux : En plein couvre-feu, saisie de drogue synthétique et de cannabis

Le trafic de drogue même en période de couvre-feu ne connait pas la crise ! A Camp Levieux, lors d'une opération policière,le lundi 30 mars, saisie de 14,2 g de drogue synthétique.et 11,7 g de cannabis. Alors que la police voulait appréhender un suspect, elle a été prise à partie par les membres de sa famille. Ces derniers ont lancé des projectiles sur les policiers, blessant l’un des officiers. Des coups de feu ont été tiré par la police pour disperser la foule hostile et calmer les esprits. Les membres de la police ont tout de même du rebrousser chemin. Bilan : deux véhicules endommagés, un policier blessé et du gaz lacrymogène utilisé. Les suspects ont été identifiés et seront interpellés et inculpés de rébellion, trafic de drogue, non-respect du couvre-feu total, agression d’agents de police dans l’exercice de leurs fonctions et dommages à des biens de l’Etat, entre autres.

E E. Moris
31/03/2020

Grand-Bois : Du cannabis sur un infirmier

Un Nursing Officer a été arrêté avec du cannabis et des semences de cannabis dimanche soir. Le jeune homme se trouvait sur la route principale à Grand Bois lorsqu’il a été interpellé par une patrouille de l'ADSU du Sud. Au départ, l’objectif des policiers était de vérifier s’il avait le fameux laissez-passer permettant de circuler. Mais il avait l’air louche. Ce qui fait que les policiers l’ont soumis à une fouille qui s’est avérée fructueuse. Une certaine quantité de cannabis, mélangé avec du tabac, a été retrouvé sur le l’infirmier. Une perquisition à son domicile a permis aux policiers de découvrir 35 semences de cannabis. L’infirmier est en détention. Et un malheur ne venant pas seul, il sera aussi poursuivi pour non-respect du couvre-feu.

E E. Moris
31/03/2020

Meurtre à Quatre-Cocos : « Nous l’avons battue… car elle prenait trop de temps pour manger »

Battue à mort ! Pallavi Khedoo, 27 ans, et Deven Chiniah, 25 ans, sont passés aux aveux. Ils ont bel et bien tué la petite Fareeda, la fille de Pallavi Khedoo. Tout cela, parce qu’elle prenait trop de temps pour terminer son repas. Ivres de colère, la maman puis le compagnon lui ont donné plusieurs coups sur la tête. La petite ne s’est pas relevée. Réalisant qu’ils venaient de commettre un meurtre Pallavi Khedoo et Deven Chiniah ont tenté de sectionner le corps de la petite afin de la jeter dans une mare à proximité de leur domicile, à Quatre Cocos. Mais ils n’y sont pas arrivés. Alors, ils ont pris le corps et l’ont emmené à motocyclette à Belle Mare dans un champ de cannes. Là, ils l’ont dissimulé sous un tas de fumier. Ils ont tout raconté aux enquêteurs de la CID de Bel-Air hier. Après quoi, ils ont été placés en détention. L’autopsie pratiquée par le no 1 du service médicolégal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gundadin, a…

E E. Moris
31/03/2020

Meurtre d’une enfant de 10 ans à Quatre-Cocos : la mère et le beau-père arrêtés

La fillette de 10 ans, portée manquante depuis dimanche et dont le corps a été retrouvé lundi matin dans un champ de cannes à Belle Mare, a bel et bien été victime d’un meurtre. Le corps de la fillette a été retrouvé sous un tas de fumier dans un champ de cannes. Les suspects avaient tenté de faire disparaître le corps par différents moyens avant de l’enterrer. L’autopsie a attribué le décès à une fracture du crâne. Le Dr Sudesh Kumar Gungadin dans son rapport a indiqué que certaines traces au niveau de la hanche de la petite laissent penser qu’il y a eu tentative de la sectionner en deux. Notons toutefois que la fillette n’a pas été agressée sexuellement. Quant à la mère et son compagnon, ils sont passés aux aveux et ont été placés en détention sous une charge provisoire de meurtre. Ils comparaîtront devant la justice. En janvier dernier, la maman et son compagnon avaient perdu un bébé d’un mois. L’autopsie avait…

E E. Moris
31/03/2020

A Camp-Levieux, en plein confinement, une partie de jeu dégénère à la suite d'une descente policière

Drôle de scène, alors que le couvre-feu est imposé dans le pays et tout rassemblement interdit. Hier, dans la soirée du lundi 30 mars, à Camp-Levieux, des individus jouant une partie de carom ont été interpellés par une patrouille policière dans le quartier. Les choses ont vite dégénérées entre les habitants et les la force policière. Appelée en renfort, une autre patrouille aurait utilisé du gaz lacrymogène ainsi que l'usage d'une arme à feu pour disperser la foule. Une enquête a été ouverte.

E E. Moris
30/03/2020

La tarologue Olesya Paradis retrouve la liberté

Elle a tiré la bonne carte ce lundi. La demande de la tarologue pour obtenir la libération conditionnelle a été agrée. Olesya Paradis, de son vrai nom Olesya Pydannah, devra cependant s’acquitter d’une caution de Rs 40 000 et signer une reconnaissance de dette de Rs 150 000. Elle devra le faire au lendemain de la levée du couvre-feu. Rappelons qu’elle a passés 10 jours en détention. Ce qui est assez rares pour une tireuse de cartes. Elle est accusée d’avoir diffusé une vidéo sur Facebook portant atteinte à la sécurité du pays.

E E. Moris
30/03/2020

Quatre-Cocos : La fillette de 10 ans a été victime d’un meurtre

Plus de doute possible! La fillette de 10 ans, portée manquante depuis hier et dont le corps a été retrouvé ce matin dans un champ de cannes à Belle Mare, a bel et bien été victime d’un meurtre. L’autopsie a attribué le décès à une fracture du crâne. Mais mieux, le Dr Sudesh Kumar Gungadin a indiqué que certaines traces au niveau de la hanche de la petite laissent penser qu’il y a eu tentative de la sectionner en deux. Notons toutefois que la fillette n’a pas été agressée sexuellement. Quant à la mère et son compagnon, ils ont été placés en détention. Leur alibi respectif ne tient pas la route. C’est du moins ce qu’estiment les enquêteurs de la CID de Bel-Air. Ces derniers veulent surtout savoir pourquoi ce n’est que ce matin que la maman a rapporté la disparition de la fillette alors que celle-ci avait quitté la maison, semble-t-il. C’est la version officielle. Selon les dernières nouvelles, ils seraient passés aux aveux. Le…

E E. Moris
30/03/2020

Meurtre à Quatre-Cocos : Après un bébé, un couple perd une fillette de 10 ans

Le corps d’une fillette de 10 ans, portée manquante depuis hier, a été retrouvé ce main sur un tas de fumier dans un champ de cannes à Belle-Mare. Les parents de la petite, une habitante de Quatre Cocos, sont interrogés par la CID de Bel-Air. Selon un des proches de la famille, la fillette s’est sauvée du domicile familial alors que sa mère et le compagnon de celle-ci dormaient à poings fermés. Elle aurait quitté la maison en passant par la fenêtre. Pourquoi a-t-elle quitté la maison ? C’est justement ce que les enquêteurs tentent d’éclaircir. Certes, la maman avait rapporté sa disparition à la police. La mère et son concubin ont été placés en détention après leur interrogatoire. L'autopsie pratiquée a conclu que la victime est décédée d'une fracture de crâne. Dans le rapport, le médecin fait ressortir que les agresseurs ont tenté de sectionné le cadavre au niveau de la hanche. Rappelons que c’est le deuxième enfant que ce couple…

E E. Moris
30/03/2020

Mare-du-Puits: Le corps d'une enfant de 10 ans retrouvé dans un champs de cannes

Découverte macabre ce lundi 30 mars, le corps sans vie d'une enfant a été retrouvé lors d'une patrouille de police, dans un champs de cannes, dans l’Est. Sa disparition avait été signalée au poste de police de Belle-Mare par sa mère car elle ne donnait plus signe de vie depuis hier, dimanche. La mère de la victime; habitant à la NHDC, à Quatre-Cocos et son concubin sont actuellement interrogés par la CID de Bel-Air. La thèse d’un homicide n’est pas à écartée. Une autopsie qui aura lieu cet après-midi devra déterminer la cause de son décès.

E E. Moris
29/03/2020

Ebène : un cycliste victime d’un délit de fuite

Hier, samedi 28 mars, un cycliste âgé de 64 ans, habitant Rose-Hill, a été victime d’un délit de fuite à Ebène. Fareed Kurmally a été mortellement fauché par une voiture, non loin du bureau du Central Electricity Board (CEB ) à Rose-Hill. Transporté d'urgence à l’hôpital, les médecins de service n'ont pu que constater son décès. Le corps de la victime a été transporté à Candos à des fins d'autopsie. La police a ouvert une enquête et procède au visionnage des images des caméras du Safe City.

E E. Moris
28/03/2020

Brutalité policière alléguée : Arrêté, un officier de police retrouve la liberté conditionnelle

Des vidéos se multiplient et circulent sur la Toile, on peut y voir des passants tabassés et brutalisés par des policiers dans des "actions musclées" sous prétexte de non-respect des règles du confinement. Une répression policière insensée, qui s'inscrit dans certaines pratiques habituelles de la police dans des "quartiers sensibles" de l'île. Si le Premier ministre, Pravind Jugnauth et le commissaire de police Mario Nobin avaient assuré d'une grande fermeté pour ses actes répréhensibles, l'enquête a mené à une arrestation et quatre interrogatoires. L’enquête sur le cas de brutalité policière alléguée progresse à grands pas avait déclaré le DCP Krishna Jhugroo en conférence de presse hier soir. Cette fois-ci notons que c'est l’authenticité de la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux qui est à l’origine d'une investigation. Un policier, habitant de Pailles a été arrêté, accusé de torture lors d'une descente policière…

E E. Moris
28/03/2020

Couvre-feu : Ils vendent des boissons alcoolisées volées

Un confinement sans alcool ? Très peu pour eux ! Jean Richard Fricain, 52 ans, Damien Laval Lagaillarde, 19 ans, et Handley Azor, 28 ans, ont été arrêtés vendredi pour vente de boissons alcoolisées volées. Ils avaient mis la main, la semaine dernière, sur le stock d’alcool d’une boite de nuit. Et durant le confinement, ils ont profité de l’occasion pour écouler les bouteilles. Que voulez-vous… du whisky, du gin, du champagne ? Ils avaient tout cela sous la main. Mais leur combine a pris fin hier. Les trois ont été arrêtées après que le propriétaire ait visionné les images des caméras de surveillance. Ils ont comparu devant le magistrat par WhatsApp ce samedi 28 mars. Ils restent en détention.

E E. Moris
28/03/2020

Quatre policiers interrogés dans le cadre de l’enquête pour brutalité alléguée

Une arrestation et quatre interrogatoires. L’enquête sur le cas de brutalité policière alléguée progresse à grands pas. C’est ce qu’a déclaré le DCP Krishna Jhugroo en conférence de presse hier soir. L’information a été confirmée par l’inspecteur Shiva Coothen ce matin. Et le plus intéressant, c’est qu’il a expliqué qu’un aspect de l’enquête concerne l’authenticité de la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et, donc, qui est à l’origine de l’investigation.

E E. Moris
27/03/2020

Un policier arrêté pour brutalité alléguée

L’enquête concernant la vidéo montrant une descente policière musclée à Résidences Vallijee progresse. Ainsi, un policier de 25 ans, habitant Pailles et affecté au poste de police de Bain-des-Dames, a été arrêté hier. Il a passé la nuit en détention. Il a comparu devant la justice ce vendredi. Il était impliqué dans les incidents survenus à Résidence Vallijee. La répression policière se déchaîne pendant le couvre-feu à Maurice La police a été accusée d’avoir usé de violence. Rappelons que tout avait démarré lorsque des policiers en patrouille ont demandés à un groupe de personnes, mardi matin, de ne pas rester dans la rue. Mais le groupe s’est réfugié dans une maison où des personnes ont lancé des projectiles sur le véhicule de la police. Les policiers ont demandé du renfort. Des éléments de la Special Mobile Force et de l’Anti-Robbery Squad de la SSU sont venus sur places et ont effectué deux arrestations.

E E. Moris
27/03/2020

Pillage de Dream Price : deux habitants de Cité la Cure arrêtés

Ils s’appellent Jean Tebs Jeffrey David et Louis Stephano Florent Ramdas. Ils sont âgés de 32 et 27 ans respectivement. Ils habitent tous deux Résidence La Cure et ont été arrêté dans la journée de jeudi dans le cadre de l’enquête du pillage du supermarché Dream Price, à Vallée-Des-Prêtres. Cela s’est produit dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce sont les images des caméras de Safe City qui ont permis aux enquêteurs de retracer ces deux hommes. Ils étaient une vingtaine à piller Dream Price. Les deux suspects ont indiqué qu’ils avaient faim et n’avaient rien à se mettre sous la dent. D’où leur initiative de piller le supermarché. Un certain nombre d’articles volés au supermarché ont été récupérés à leur domicile. Ils ont comparu devant la justice hier où une charge provisoire de vol avec effraction a été retenue contre eux. Rappelons qu’ils étaient encagoulés et armés de sabres et de gourdins lorsqu’ils ont pillé le

E E. Moris
27/03/2020

Vol à Coromandel: Un malfrat blessé par balles lors d'un cambriolage

Dans la soirée du jeudi 26 mars, des pilleurs armés de sabres ont vandalisé une société d'alimentation à Coromandel. Ils s'en sont pris au vigile qui menait la garde en cette période de couvre-feu avant de s'emparer de plusieurs articles d'une valeur de Rs 250 000. C'est à bord de deux véhicules appartenant à la société qu'ils ont pris la fuite. Alertée, les membres de l'Anti-Robbery Squad les a pris en chasse, dans une folle course-poursuite au niveau de Richelieu, à Petite-Rivière. Devant leur refus d’obtempérer, les officiers n’ont eu d'autre choix que de tirer en leur direction. Cinq malfaiteurs, connus des services de la police, ont été arrêtés et placés en détention. Blessé à la tête et à la jambe, l'un d'eux a été admis de toute urgence à l’hôpital Dr A.G Jeetoo. D'autres complices sont activement recherchés. Ils ont pu s’enfuir avec le camion rempli de marchandises, dont du chocolats et des friandises,…

E E. Moris
26/03/2020

Surinam: Vol de Rs 446 000 de produits alimentaires

Les cambriolages alimentaires se multiplient à travers l'île malgré le couvre-feu imposé par les autorités pour endiguer l'épidémie de Covid-19. C'est ainsi qu'à Surniman, un entrepôt frigorifique a été cambriolé dans la soirée du mercredi 26 mars. Les malfrats ont emporté 1 124 kg de poulet, 199 kg de poisson, 502 kg de viande, 40 sachets de crevettes et de homard, 150 bouteilles d'huile, de la boisson et des épices, d'une valeur estimée à Rs 446 000. Une enquête est en cours pour retrouver les malfrats. Notons que Dream Price à Vallée des Prêtres a aussi fait l'objet de cambriolage.

E E. Moris
26/03/2020

Diffusion de Fake News : Jameel Peerally retrouve la liberté

Ce matin devant la Bail and Remand Court, la police n’a pas objecté à la demande de remise en liberté de Jameel Peerally. La magistrate Reshma Sewpaul-Ramdoo a donc officialisé la remise en liberté de l’activiste. Néanmoins, ce dernier devra s’acquitter d’une caution de Rs 30 000 et signer une reconnaissance de dette de Rs 150 000. Voilà ce qu’a écrit Jameel Peerally Toutefois, ce n’est qu’après la lever du couvre-feu qu’il pourra payer la caution. Rappelons que Jameel Peerally est défendu par Me Sanjeev Teeluckdharry. Il a été arrêté hier pour diffusion de fausses nouvelles. Cela, pour avoir écrit, dans un post sur Facebook, qu’il y avait du désordre dans plusieurs régions de la capitale et que Jumbo Riche Terre était victime de pillages.

E E. Moris
26/03/2020

Un arrestation dans le pillage de Dream Price à Vallée des Prêtres

C’est ce qu’a déclaré le Deputy Commissioner of Police Krishna Jhugroo en conférence de presse ce matin. Il soutient que le pillage a été fait par un groupe organisé, dont l’objectif est de semer du désordre dans le pays. Rappelons qu’un véhicule de police a été endommagé durant les incidents. Pour rappel, tard dans la soirée de mercredi, des pilleurs cagoulés et armés de sabres ont vandalisé le supermarché Dream Price à Vallée des Prêtres. Ils s'en sont pris au véhicule de deux policiers qui menaient la garde en cette période de couvre-feu. C'est à coups de pierres lancées sur le véhicule qu'ils ont fait fuir les policiers tout en exigeant des vigiles les clés du supermarché. Face à la résistance de ces derniers, ils n'ont pas hésité à escalader la grille et briser les cadenas pour pénétrer à l'intérieur, emportant avec eux plusieurs articles alimentaires. À l'arrivée de la police venue en renfort, les pilleurs ont pris…

E E. Moris
25/03/2020

Vallée-des-Prêtres : des individus ont pillé le magasin Dream Price

Tard dans la soirée de mercredi, des pilleurs cagoulés et armés de sabres ont vandalisé le supermarché Dream Price à Vallée des Prêtres. Ils s'en sont pris au véhicule de deux policiers qui menaient la garde en cette période de couvre-feu. C'est à coups de pierres lancées sur le véhicule qu'ils ont fait fuir les policiers tout en exigeant des vigiles les clés du supermarché. Face à la résistance de ces derniers, ils n'ont pas hésité à escalader la grille et briser les cadenas pour pénétrer à l'intérieur, emportant avec eux plusieurs articles alimentaires. À l'arrivée de la police venue en renfort, les pilleurs ont pris la fuite.

E E. Moris
25/03/2020

▶️ La répression policière se déchaîne pendant le couvre-feu à Maurice

Des vidéos se multiplient et circulent sur la Toile, on peut y voir des passants tabassés et brutalisés par des policiers dans des "actions musclées" sous prétexte de non-respect des règles du confinement. Une répression policière insensée, qui s'inscrit dans certaines pratiques habituelles de la police dans des "quartiers sensibles" de l'île. Si le confinement apparaît comme une mesure inévitable pour endiguer l’épidémie, ces vidéos montrent le caractère répressif de la gestion policière depuis le début de la crise, avec une violence particulière dans les quartiers populaires. Ces scènes filmées par des policiers eux-mêmes, risquent inévitablement de se reproduire et rappellent la nécessité de ne pas baisser la garde face à la répression dans cette période, et dénoncer les attaques spécifiques que subissent pendant le confinement les habitants des quartiers populaires les plus précaires. Les amendes, dont le coût est particulièrement élevé…

E E. Moris
25/03/2020

La police et moi sommes tombés dans le piège, affirme Jameel Peerally

Il reconnaît avoir été dupé. Mais il soutient qu’il n’est pas le seul. Pas sûr que cet argument pourra lui apporter la clémence de la justice par la suite. Jameel Peerally est dans le pétrin. Arrêté, il risque des poursuites qui pourraient lui valoir une amende de Rs 1 million et une peine maximale de 10 ans de prison. À la presse, il a déclaré qu’il a reçu un message indiquant des troubles dans la capitale. Il souligne aussi avoir contacté ses connaissances au sein de la police. Ceux-là lui ont dit qu’ils étaient en route et qu’ils avaient aussi reçu des appels les informant du même problème. Pour lui, cela équivalait à une confirmation, d’où son post sur Facebook. Mais une fois que les policiers lui ont dit qu’il n’y avait aucun problème sur place, il a supprimé son poste. Il affirme, pince-sans-rire, que tout comme lui, la police est aussi tombée dans le panneau. Très beau ! Reste à voir ce que pensera un magistrat !

E E. Moris
25/03/2020

Arrestation de Jameel Peerally pour diffusion de fake news

Pour un post évoquant des supposées émeutes à Roches Bois, Abercrombie et dans la capitale a valu à l’activiste Jameel Peerally une arrestation par la Central Criminal Investigation Department. Pour la police, Jameel Peerally aurait diffusé et contribué à la propagation d’une fausses nouvelle pouvant inciter à des troubles. Car il aurait aussi indiqué dans son post que Jumbo de Riche Terre est en train d’être pillé. Cette nouvelle a fait le tour de la Toile hier, surtout qu’il intervient quelques heures après l’annonce du Premier ministre que le pays est en confinement total. C’est-à-dire que les supermarchés, boulangeries et autres boutiques resteront fermés jusqu’au 31 mars. Voilà ce qu’a écrit Jameel Peerally : «Rioting right now around the capital Port-Louis, Abercombie and Roche Bois Police Station under attack, [...] Jumbo Riche Terre being looted as I write this...». Certes il avait par la suite supprimé ce poste et s’est…

E E. Moris