▶️ La répression policière se déchaîne pendant le couvre-feu à Maurice

Rédigé le 25/03/2020
E. Moris

9

Des vidéos se multiplient et circulent sur la Toile, on peut y voir des passants tabassés et brutalisés par des policiers dans des "actions musclées" sous prétexte de non-respect des règles du confinement.

Une répression policière insensée, qui s'inscrit dans certaines pratiques habituelles de la police dans des "quartiers sensibles" de l'île.

Si le confinement apparaît comme une mesure inévitable pour endiguer l’épidémie, ces vidéos montrent le caractère répressif de la gestion policière depuis le début de la crise, avec une violence particulière dans les quartiers populaires.

Ces scènes filmées par des policiers eux-mêmes, risquent inévitablement de se reproduire et rappellent la nécessité de ne pas baisser la garde face à la répression dans cette période, et dénoncer les attaques spécifiques que subissent pendant le confinement les habitants des quartiers populaires les plus précaires.

Les amendes, dont le coût est particulièrement élevé pour les populations les plus précaires, qui se trouvent bien souvent dans l’incapacité de les payer.

Ces amendes ( de Rs 500 où l’accusé peut même écoper d’une peine d’emprisonnement n’excédant pas six mois de prison) s’inscrivent dans une gestion répressive, qui vise à faire peser la responsabilité de l’épidémie sur la population alors même qu’il y a peu, Pravind Jugnauth rendait visite dans un centre de quarantaine sans gants ni masque avec d'autres ministres et députés ! 

Dans une conférence de presse spéciale ce mercredi soir, le Commissaire de police, Mario Nobin, a annoncé qu’une enquête a été initié. Il a averti les éléments indésirables de la force policière qui font preuve de comportement répréhensible, que des actions nécessaires seront prises au plus vite. C'est sur un ton solennel qu'il a fait savoir que les actions inappropriées ne seront pas tolérées.